Vive la danse de couple
      Accueil > Danses> Danses Latines > Rumba Nous sommes le

 

  La Rumba
Origine : Cuba
Racines : Esclaves noirs
Caractère : Jeux amoureux et sensuels voire érotiques
Particularités : Imite la parade nuptiale des oiseaux

Rythme : 4 temps par mesure. 26 à 36 mesures par minute. Selon les notations, 26 à 36 ou 104 à 144 bpm.

Découvrez ici des démonstrations de Rumba

Historique : La rumba naît à La Havane et Matanzas au milieu des années 1800 dans les milieux afro-cubains.
Le mot (dérivé de l'espagnol rumbo, en route...) désigne les fêtes nocturnes où on se rassemble (souvent dans les cours d'immeubles, les « solares ») pour chanter et danser.
C'est une musique faite de chants et de percussions, où le rythme qui démarre doucement va en s'accélérant.
Au tout début, on utilisait les tiroirs des armoires (cajónes) ou des cageots de morue, puis des congas.

Il en existe trois formes :
Columbia : La plus ancienne forme, dont le rythme est en 6/8. Serait née à Matanzas. Les textes parlent surtout du travail (café, canne à sucre...).

C'est essentiellement une danse d'hommes au rythme rapide, chacun son tour montre son habileté aussitôt suivi par un autre qui essaiera de le surpasser.
Yambú : Après une assez longue introduction appelée « diana » où alternent soliste et chœurs, le danseur, imitant un vieux souffrant de rhumatisme s 'appuie sur sa danseuse. Sa danse, coquette, sensuelle et élégante la met en valeur.
Guaguancó (la plus populaire, dérivée du Yambú, issue de la Havane)

Les textes narratifs traitent de la vie quotidienne : politique, amour... La danse s'articule autour du « vacunao » à signification érotique, symbolisé par un geste du danseur ou par un foulard qui va attraper la danseuse, et que celle-ci cherche à éviter tout le long de la danse. Dans le guaguancó, le rythme prend la forme 6/8 ou 4/4. C'est la clave rumba (3-2) qui est généralement utilisée.

Vers 1930, le son cubain est renommé rhumba aux États-Unis, sous l'impulsion de Xavier Cugat, et la rumba devient une danse de salon, qui fera partie des danses latines en danse sportive (malgré son nom, elle se danse plutôt sur des boléros cubains ou mexicains).
Dans sa forme actuelle, les figures de base gardent les vieilles images des intentions féminines de dominer les hommes par leurs charmes.
Durant une bonne chorégraphie de rumba, on devrait toujours voir les éléments d'attraction et de rejet entre l'homme et la femme.
Les mouvements érotiques et sensuels de la femme obtiendront une réponse de désir et de domination masculine ; c'est l'homme qui gagne toujours à la fin.

Bases : La Rumba se danse sur des musiques à 4 temps. Le 1er temps est le temps fort. Il est compté "UN".

Mais, on part (commence) sur le 4 (pour le moment en tout cas) en position ouverte tenue gauche-droite avec les avant bras dans le prolongement l'un de l'autre.

On fait 3 pas par mesure (sur les temps 2, 3 et 4). On ne fait aucun pas sur le 1er temps mais c'est un temps majeur où on fait un mouvement de hanche et une rotation.

Vous compterez donc la Rumba par 2, 3, 4, 1... 2, 3, 4, 1 ..... et vous remplacerez parfois le "1" par un "et" même par "STOP" pour marquer le fait que l'on ne fait pas de pas sur le 1 (idem au 4 et 8 de la salsa).

On danse la rumba avec un mouvement cubain (comme en salsa et en cha cha). Pour ceux qui ne voient pas ce dont je parle, demandez à Laurent au prochain cours.

Il faut 2 mesures pour réaliser une passe complète.

Egalement, vous pourrez remarquer que pour le pas de base de la Rumba, comme pour le pas de base du cha-cha (il parait que la rumba est la mère des danses latines - et encore une qui vient de Cuba), le 3 est en direction inverse (retour) du 2. Le pied gauche va toujours vers l'avant et le pied droit vers l'arrière.

Voilà, ça n'est pas suffisant, je sais. Mais c'est tout ce que j'ai pu choper après 2 cours. On a maintenant besoin de pratique pour maîtriser cette danse IMPRESSIONNANTE.